From Reaction to Creation ... do you "C" it ?

From Reaction to Creation
posted by: Healing Centre Beyond Medicine
Mis à jour : 23 mai 2022
Affichages : 7519

La transformation bat son plein, tant à l'intérieur de nous-mêmes à un niveau individuel qu'autour de nous, ce qui n'est rien d'autre que le reflet des changements dans notre conscience collective.
Beaucoup de gens ont envie de ces changements et d'autres se débattent avec eux et ressentent le chaos. Fascinant, car d'où vient alors ce sentiment de chaos ?

Le chaos, en général, signifie que "rien" n'est plus comme avant, ni comme avant. Et pas seulement une chose, mais apparemment "tout" est différent et, pour ainsi dire, mélangé.
Dans l'esprit, des choses intéressantes se produisent. Notre programmation, ou pilote automatique, est un mécanisme parfait pour répéter sans effort et inconsciemment un comportement dans des situations et des environnements très similaires.
Et maintenant que l'environnement (intérieur et extérieur) change tellement, le pilote automatique ne sait plus comment réagir et nous devrons reprendre la barre et naviguer selon notre boussole intérieure, notre intuition.

Le sentiment de chaos peut-il être lié au fait de ne pas vouloir perdre la facilité et le confort que nous éprouvons lorsque tout reste identique et que nous restons dans une sorte d'environnement familier où nous semblons avoir le contrôle et où tout se passe automatiquement et sans effort ?
Serait-ce dû à un manque de confiance en nous-mêmes parce que nous ne savons pas comment réagir à ces nouvelles circonstances et que nous avons peur de le faire "mal" ?
Serait-ce lié au fait que nous sommes sur le point de nous rappeler que nos circonstances extérieures ne sont pas là par hasard et que nos sentiments ne sont pas seulement une réaction à ce qui se passe à l'extérieur, mais que les circonstances sont là parce qu'elles sont une création de nos sentiments, entre autres ?

Examinons de plus près la différence entre une réaction et une création, car elles sont très proches l'une de l'autre.

 

Le processus de perception

Il est intéressant de noter que des personnes différentes peuvent vivre la même situation ou les mêmes circonstances de manière différente.
De même, chacun d'entre nous peut vivre une situation similaire de manière totalement différente à différents moments.
Il s'agit d'un phénomène bien connu et reconnaissable par tous, mais comment est-ce possible, comment ce processus de "perception" fonctionne-t-il exactement ?

Dans les enseignements de la PNL, cela est expliqué au moyen du "modèle de communication" et mon ami extraterrestre Ezraël m'a aidé à développer ce modèle bien connu et à l'intégrer aux informations qui me sont parvenues via Bashar, entre autres, en me téléchargeant une "image" et une phrase qui l'accompagne : "de la réaction à la création, le C remonte quatre étapes".
Et comme c'est généralement le cas, un tel téléchargement est le début d'une épiphanie que j'aimerais partager avec vous.

L'image qui m'est parvenue décrit que la perception est basée sur deux miroirs et un filtre entre les deux.
Le point de départ du processus semble être la question de la poule et de l'œuf, c'est-à-dire qu'à partir de la considération de la reconnaissabilité, nous commençons par la "réalité" extérieure à nous, le miroir extérieur de droite.

À travers ce miroir extérieur, appelé par commodité la "réalité" 3D, l'information entre dans notre esprit. Et pas un petit peu d'information, des millions de bits d'information par seconde ! Vraiment beaucoup de giga(bits).
Ces données sont recueillies dans cet environnement par vos sens, dont la science dit que nous en avons 5 (la vue, l'ouïe, le goût, l'odorat et le toucher) et dont les extraterrestres disent que nous avons 7 sens.
Il est important de réaliser ici que les sens avec lesquels nous explorons le monde extérieur ont également une extension interne. Nous avons tous la capacité d'expérimenter des images internes, des sons, le toucher, l'odorat et le goût.

Les deux sens qui ne sont pas encore reconnus sont l'intuition et la capacité de déterminer la direction, de savoir dans quelle direction se trouve l'énergie. Par ailleurs, les informations arrivent à tout le monde par ces sens, mais beaucoup sont passés maîtres dans l'art de les ignorer, ce qui n'est pas la même chose que leur absence.

Ces millions de bits d'information sont reçus par notre cerveau physique, qui est littéralement un superordinateur !
Heureusement, nous ne sommes pas conscients de toutes ces informations, ce serait tout simplement "trop d'informations", elles sont donc filtrées. Seules les informations pertinentes pour nous sont autorisées à passer.

Le psychologue George Miller a montré que nous sommes capables de traiter consciemment entre 5 et 9 unités d'information par seconde. Ainsi, relativement peu d'informations originales (données) passent à travers le filtre et ce qui passe est différent pour chacun, car chacun a des filtres différents.
Même le filtre d'une personne varie d'un moment à l'autre et n'est pas un mécanisme statique et fixe, les filtres sont très dynamiques.
Cela signifie que vous pouvez vivre la même situation de manière complètement différente à différents moments.

Quels sont donc ces filtres ?

Comme indiqué, ces filtres déterminent quelles informations sont pertinentes pour vous à quel moment.
Vous avez vous-même donné à ces filtres (la plupart du temps inconsciemment) les instructions pour déterminer ce qui est "pertinent" pour vous. Pertinent signifie également "ré-éclairer", "s'élever au-dessus de quelque chose d'autre".
De nombreux filtres sont transmis de génération en génération et c'est pourquoi beaucoup de filtres sont si inconscients... Lorsque vous êtes un enfant et que tout le monde autour de vous regarde le monde de la même manière, il semble que le monde soit ainsi fait.
Lorsque vous êtes jeune, vous adaptez vos filtres très facilement car la "communauté" est très importante pour votre survie.

Connaissez-vous le phénomène suivant : si vous mettez vos lunettes de soleil, vous vous rendez compte que le monde semble soudainement plus brun (ou d'une autre couleur). Après une demi-heure, vous n'en êtes plus du tout conscient. Les lunettes de soleil (le filtre) enlèvent des informations (certains objets bruns sont encore à peine visibles), déforment les informations (l'herbe n'est soudain plus verte, le ciel n'est plus bleu) et généralisent (tout reçoit une couverture de couleur). Et au bout d'un moment, nous ne le remarquons même plus.
Puis, lorsque nous enlevons les lunettes de soleil, notre système a également besoin d'un certain temps pour s'habituer à la quantité supplémentaire d'informations qui nous revient. C'est ainsi que fonctionnent les filtres.

Ce mécanisme de filtrage est stocké dans des métaprogrammes, des croyances (systèmes de croyances), des valeurs et des normes (définitions), des souvenirs et un certain nombre d'autres mécanismes tels que le langage ( !) et le temps/espace.
Il est extrêmement complexe et doit l'être pour filtrer de toutes ces informations uniquement ce qui est important pour vous, et c'est un processus incroyablement rapide qui doit se produire inconsciemment.

Vous pouvez comparer le mécanisme de filtrage aux moteurs de recherche Internet qui présentent les informations en fonction de la pertinence de votre recherche.
Et imaginez le désagrément que cela représenterait s'il retournait toutes sortes d'informations non pertinentes ou s'il retournait tellement d'informations qu'il faudrait trop de temps pour les présenter.
Imaginez devoir vous déplacer dans le monde comme ça.
Il faut donc savoir que si les moteurs de recherche sont aujourd'hui rapides et précis, comparés à notre cerveau, ce n'est encore rien, tant en termes de vitesse que de filtrage.

Les métaprogrammes peuvent être comparés à une sorte de système d'exploitation comme Windows ou macOS sur votre ordinateur ou Android sur votre téléphone portable.
Il s'agit d'un programme de base sur lequel de nombreux programmes de croyance (comparables à des applications) fonctionneront plus tard, en fonction de ce qui est ou n'est pas "compatible" avec vos métaprogrammes.
Les métaprogrammes semblent presque être préinstallés sur nos disques durs, où les croyances sont installées plus tard, pour ainsi dire.
Les métaprogrammes sont plus difficiles à modifier que les définitions et les croyances, tout comme le système d'exploitation de votre ordinateur ne peut être modifié ou supprimé, alors que la plupart des applications peuvent être supprimées, remplacées ou renouvelées.

Les valeurs sont des "choses" que vous appréciez dans la vie. Elles vous motivent de l'intérieur à faire ce que vous faites et évaluent ensuite dans quelle mesure vous êtes satisfait du résultat.
Elles orientent à chaque instant de la journée, à un niveau subconscient, ce à quoi vous prêtez attention dans votre "perception".

Les croyances sont de puissants mécanismes de fonctionnement qui dirigent notre perception de nous-mêmes et du monde à chaque instant de la journée et maintiennent notre vision du monde. Les croyances, d'une part, nous donnent la sécurité dans nos vies, mais en même temps, elles peuvent être notre piège parce que nous ne sommes pas ouverts (littéralement nos filtres ne sont plus ouverts) à quelque chose de différent ou nous avons peur du changement.

Comme nous l'avons mentionné, ces filtres suppriment de grandes parties de l'information, mais ils peuvent aussi déformer et généraliser l'information.
Un exemple bien connu de déformation est la corde qui est "perçue" comme un serpent dans l'obscurité et qui suscite une réaction de peur.
La généralisation est le processus qui consiste à faire entrer une nouvelle information dans un cadre (moule) existant, de sorte que l'information unique disparaît, sans même être perçue.
Nous appelons ce processus "reconnaître", mais dans le processus de reconnaissance, beaucoup d'informations uniques disparaissent, à moins que vous n'observiez très consciemment.

Réalisez que ces mécanismes nous apportent des avantages considérables dans notre vie quotidienne.
Il ne s'agit pas d'une description du bien ou du mal !
Sans ces mécanismes, il est impossible d'avoir une expérience dans une réalité physique, spatio-temporelle telle que nous la connaissons !

Le fait est que nous nous rendons compte du fonctionnement de ces filtres, et qu'ils opèrent complètement en arrière-plan et déterminent dans une large mesure votre expérience (votre perception).
Et que nous pouvons les ajuster consciemment si nous le voulons, parce que beaucoup de ces filtres que nous avons adoptés des autres, ne sont parfois pas en alignement avec qui nous sommes vraiment et filtrent beaucoup d'informations pertinentes nécessaires à l'expérience ultime de notre vie.

Bashar appelle cette partie de nous qui filtre et projette les informations sur le miroir intérieur "l'esprit physique ~ le percepteur".
En d'autres termes, le "percepteur".
Dans l'image qu'Ezra'el m'a montrée, les informations du miroir du monde extérieur passent à travers les filtres et forment une image sur le miroir du monde intérieur.
Cette image ne contient donc qu'une partie des informations, ce qui permet, en quelque sorte, de regarder la "réalité" au microscope et de ne voir que ce que nous (nos filtres) considérons comme important.

Une mécanique brillante, n'est-ce pas ?
Mais ce n'est pas tout, il y a encore mieux !

Etat d'esprit et fréquence

Au moment où l'image apparaît sur le miroir intérieur, il en résulte une expérience accompagnée de sentiments, une humeur.
Cela a un effet sur votre énergie, votre fréquence, votre vibration et cela détermine directement la position de vos filtres.
Là encore, il s'agit d'un mécanisme génial... car si nous sommes heureux à un moment donné et que notre fréquence augmente, la plupart des gens ouvrent immédiatement les filtres pour laisser entrer davantage d'informations et vice versa si la situation nous rend malheureux.
Notre fréquence détermine donc l'état de nos filtres et, par conséquent, les informations que nous "percevons" !
Bashar l'affirme comme suit : "Vous ne pouvez pas percevoir ce dont vous n'êtes pas la vibration, d'abord.
Vérifiez par vous-même. Une construction ingénieuse.

En même temps, notre humeur, notre fréquence, notre vibration déterminent la manière dont nous traduisons notre perception en comportement vis-à-vis du monde extérieur, en utilisant à nouveau ces filtres.
Car si nous sommes incroyablement heureux, pouvons-nous le montrer sans retenue ?
Et si nous sommes tristes, pouvons-nous le montrer de manière désinhibée ?
Ou bien filtrons-nous également les informations que nous faisons ressortir ?

L'effet de notre comportement dans le monde extérieur revient via le miroir extérieur, via nos sens à travers nos filtres à nouveau sur le miroir du monde intérieur et ainsi le cercle est complet.

Les personnes encore endormies ne sont pas vraiment conscientes de ce "processus d'expérience" et peuvent répéter sans fin des situations (recréer) en essayant principalement de changer le miroir extérieur par leur comportement (sortie) afin d'obtenir une expérience souhaitée sur le miroir intérieur, ce qui n'est pas facile parce que le miroir extérieur est un accord collectif et nécessite en fait la coopération d'autres parties prenantes.
Nous avons tout le contrôle sur notre miroir intérieur, mais pas sur le miroir extérieur.
Le miroir extérieur est un miroir collectif, pour ainsi dire.

En ce moment, il y a beaucoup de gens qui ont déjà vu les premiers signes de la nouvelle lumière et qui commencent à s'éveiller en se préparant à une toute nouvelle époque.
Ce réveil a beaucoup à voir avec la découverte de qui nous sommes vraiment et le lâcher prise de ce qui ne résonne plus avec nous.
Ce n'est pas pour rien que Bashar insiste tant sur nos "croyances et définitions", car elles déterminent réellement ce que nous pouvons "percevoir" une fois que nous avons ouvert les yeux.

Esprit supérieur

Et ce faisant, l'information provient non seulement de cette réalité 3D, mais aussi de toutes sortes de réalités par l'intermédiaire de notre Soi supérieur, l'"Esprit supérieur", ou "le concepteur" comme l'appelle Bashar.

Concevoir" et "conception" font référence à la réception, à l'accueil, à la fécondation, à la fertilisation et constituent le moment réel de la création.
Le point de départ de la création dans la réalité physique.

Des informations arrivent constamment dans notre "esprit physique" par l'intermédiaire de ce Soi supérieur.
Des informations qui vont bien au-delà de ce que les sens physiques peuvent recevoir de la réalité 3D par le biais du "cerveau physique" et des sens qui y sont connectés.
Comme le dit si bien Bashar, "le "mental physique" marche sur le chemin de la vallée et voit les abeilles et les fleurs en détail, tandis que le "mental supérieur" sait non seulement où passe ce chemin, mais aussi où passent tous les chemins de la vallée, parce qu'il est assis au sommet de la montagne, qu'il peut surveiller toute la vallée et qu'il est bien plus à même de montrer la meilleure direction à partir de là".

Réalisez cependant que les informations qui arrivent par le "mental supérieur" passent également par nos filtres.
Cela s'applique également au channeling, remarquez !

Et ce n'est qu'à la bonne fréquence que suffisamment d'informations provenant de ces autres réalités passent à travers nos filtres pour faire partie de notre perception, de notre humeur et donc de notre comportement.
Chez beaucoup d'éveilleurs, la fréquence personnelle s'élève, entre autres, par l'activation de l'ADN multidimensionnel (plus d'informations à ce sujet dans un autre blog) et cela fait remonter à la conscience toutes sortes de vieilles pièces dans nos filtres.
De vieux souvenirs et de vieilles croyances, des définitions périmées ... ils surgissent tout simplement. Et nous donnent une chance de redéfinir si cela est encore fonctionnel dans le nouveau 'moi' ou non.
Et ceci est un processus de création !

Ce qui se passe en fin de compte, c'est que les éveilleurs sortent du processus de réaction sur le miroir extérieur et entrent dans le processus de création qui fait apparaître une image différente sur le miroir intérieur.
Et ce qui se passe alors, c'est que chacun dans ce processus s'élève encore plus en fréquence parce que la nouvelle perception a pour résultat une humeur plus légère avec une vibration beaucoup plus élevée, qui ajuste alors les filtres de sorte qu'encore plus de cette information puisse être laissée entrer.
C'est ce qui fait que le processus s'accélère, créant apparemment le chaos dans le rétroviseur, mais en fait nous sommes dans une boucle de rétroaction avec des informations qui changent très vite parce que NOUS changeons très vite.

Bashar explique ce phénomène, entre autres, par "l'analogie de l'élastique", selon laquelle l'humanité est dans l'obscurité depuis si longtemps et si profondément, qu'elle a tellement étiré l'élastique qu'après l'avoir relâché, il se déplace à une vitesse inimaginable dans l'autre direction, celle de la lumière.

Il est crucial ici de reconnaître notre "esprit supérieur" et de lui permettre de mieux contrôler la situation.
Réaliser que le pouvoir de notre "esprit physique" est pondéré. En d'autres termes, le pouvoir du "mental physique" ne réside pas dans la création, ni dans la connaissance de ce qui va se passer, mais dans l'évaluation de la réalité en 3D.
Le travail du mental physique est de percevoir l'effet de ce que le mental supérieur a manifesté dans la réalité physique.

En donnant plus de direction et de confiance à notre 'esprit supérieur', nous passons d'un processus de réaction de l'esprit physique au monde extérieur à un processus créatif de l'esprit supérieur, dont nous commençons à 'percevoir' le résultat dans notre réalité physique avec l'aide de l'esprit physique.




De la réaction à la création, quatre pas en arrière le C-ing ('seeing' / 'voir') revient


 

If we follow the process of REACTION in linear steps, then it looks like this

 

If we follow the CREATION process in linear steps, then it looks like this

  1. Reflection of the external mirror   1. Connection with the ‘Higher Mind’ (CREATION)
  2. Reception by the ‘Physical Brain’ (Receiver)   2. Reception by the ‘Physical Brain’ (Receiver)
  3. Perception by ‘Physical Mind’ (Perceiver)   3. Perception by ‘Physical Mind’ (Perceiver)
  4. Adaptation of your mood, vibration, frequency   4. Adaptation of your mood, vibration, frequency
  5. Translation into behaviour (REACTION)   5. Translation into behaviour (REACTION)


La lettre C ne passe pas seulement de la quatrième place dans le mot réaction à la première place dans le mot création.
Elle revient également quatre fois en arrière pour faire du processus de réaction le processus de création.

Ce que nous voyons (vision), nous pouvons le créer.
Le voyez-vous aussi ?
Est-ce que vous le "C" ?
Do you "C" it ?

Merci Ezra'el

 


 

L'histoire continue ...

Il est difficile de résumer de grands concepts comme celui-ci dans un blog.
Pour le contenir, nous le plaçons dans une histoire linéaire, mais en réalité, il n'en est rien.
Il y a vraiment tellement de facettes qui l'affectent en même temps.
Ceci n'est vraiment qu'une partie, c'est juste "gratter la surface".
Pour ceux qui ne peuvent pas attendre le prochain blog et qui veulent aller plus loin, voici un petit rappel :

Likewise, if the reality you are experiencing displeases you, you do not need to change or transform that reality.
You only need to choose another version of reality to "receive", by synchronizing your vibrations with the "version" of reality you do prefer to experience.
That reality already exists. All you have to do is "receive" it.
You select the "channel" you're watching in life.

To be technically accurate, people do not "create" their reality. They "select" it and "allow it in".
As an analogy, a TV set does not "create" the program it's displaying. It just selects it and allows it in.
A radio does not "create" the radio program it's playing. It just "selects" it and "allows it in".

All possible versions of reality already all exist! When they say God is Infinite, they're not kidding.
Realizing this, it should make it feel much easier to select and to allow in the version of reality you wish to experience then having to create it !


YOU DON'T HAVE TO CREATE THE VERSION OF REALITY YOU WANT,  IT ALREADY EXISTS!

ALL YOU HAVE TO DO IS "SELECT" IT AND "ALLOW IT IN"!


For the enthusiasts of Bashar, I recommend to see more on Resonance and Reflection